Sur son lit de mort…

C’est un protestant extrêmement riche … mais qui a été, sa vie durant, extrêmement peu fidèle qui est sur son lit de mort. Il fait venir le pasteur de la paroisse et lui pose la question suivante :

– Monsieur le Pasteur, je sais que je n’ai pas été un chrétien exemplaire.

– C’est le moins qu’on puisse dire …

– Mais vous vous souvenez de l’histoire du mauvais larron ? Est-ce que vous pensez que si je lègue 50’000 € à la paroisse, je pourrai tout de même entrer au paradis ?

– Alors là, dit le pasteur, je suis navré, mais je ne peux vous donner aucune assurance. Vous savez bien que le salut ne s’achète pas … Seul Dieu décide du sort de nos âmes …

Le paroissien mourant s’enhardit davantage

– Et si nous disions … 200’000 € ?

– Non, non, ce n’est pas une question de montant. C’est une question de principe. Nous ne sommes plus à l’époque des indulgences … le salut ne peut pas s’acheter.

Le paroissien ne se laisse pas démonter :

– Et si je disais … un million d’euros ?

Alors là, le pasteur marque un temps d’arrêt. Grand silence et puis tout à coup, il lui dit :

– Ecoutez … comme je vous l’ai dit tout à l’heure … je ne peux vous donner aucune garantie parce que je ne suis pour rien dans la décision. Mais pour un million d’euros, j’ai envie de vous dire : ça vaut la peine d’essayer !