Prédication du dimanche 19 Octobre 2014 – Daniel Fatzer

Prédication du pasteur Daniel Fatzer

Ne pas juger les autres

Luc 6 : 32-36

32Si vous aimez ceux qui vous aiment, il n’y a pas de quoi vous dire merci ! En effet, même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. 33Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, il n’y a pas de quoi vous dire merci ! Même les pécheurs font comme vous ! 34Et si vous prêtez de l’argent à ceux qui vont sûrement vous le rendre, il n’y a pas de quoi vous dire merci ! Même les pécheurs prêtent de l’argent aux pécheurs, pour qu’on leur rende la même somme. 35Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez de l’argent sans espérer recevoir quelque chose en retour. Alors vous aurez une grande récompense, et vous serez les fils du Très-Haut. Il est bon, lui, pour ceux qui ne lui disent pas merci et pour les méchants. »

Ne pas juger les autres

36« Soyez pleins de bonté, comme votre Père est plein de bonté. 37Ne jugez pas les autres, et Dieu ne vous jugera pas. Ne condamnez pas les autres, et Dieu ne vous condamnera pas. Pardonnez-leur, et Dieu vous pardonnera. 38Donnez, et Dieu vous donnera. On versera beaucoup de grains dans la grande poche de votre vêtement. Les grains seront bien secoués, serrés, ils déborderont ! En effet, Dieu vous donnera comme vous donnez aux autres ! »

Prédication

 

Chers St Laurentinséglise,

L’Evangile me réconforte et me console !

L’Evangile me rassure et me réjouit !

Il me fait aussi du bien

Mais

Il me dérange aussi…pas vous ?

 

Les paroles de Jésus qui viennent d’être lues par Jean me dérangent, je l’avoue.

Elles dérangent ce qui était bien rangé dans ma tête.

 

–Pour mettre de l’ordre dans mes idées, j’ai besoin de juger

J’ai besoin de savoir qui est de mon côté et qui est un ennemi

Qui est un bon gars et qui est un profiteur

Pas vous ?

 

–Et voilà que l’Evangile vient nous dire de ne pas juger, de prêter sans rien attendre en retour, pire….d’aimer nos ennemis !!!

Ca dérange tout mon classement…

Et vu mon âge je peux encore parler de la métaphore des cartons de rangement (même si aujourd’hui on range plutôt les choses dans des dossiers informatiques), donc, ça dérange tous mes cartons bien rangés !!!!!

 

Un carton…

1) Pour les suisses

2) Pour les étrangers

3) Pour les travailleurs

4) Pour les profiteurs

5) Pour les chrétiens

6) Pour les non croyants

7) Pour les gens sympas

8) Pour les casse-pieds

 

C’est utile les classements….je sais où j’en suis !

Ça me protège

 

Et l’Evangile voudrait déranger tout cela ??

Non c’est pas possible !

 

–Mais comme l’Evangile, depuis toujours, dérange l’Eglise, cette dernière a trouvé au fil des siècles des manières de se protéger

a) Dans la tradition catholique, seule une élite est censée appliquer tout l’Evangile

On a distingué entre certaines exigences de base qui sont pour tous les chrétiens, fidélité, honnêteté, et d’autres comme le Sermon sur la Montagne qui sont pour les moines, pour les sœurs, pour les ascètes

b) Dans la tradition luthérienne, on a considéré que les commandements comme ceux du Sermon dans la plaine, servent avant tout à nous montrer que nous sommes pécheurs et que nous avons besoin de la grâce de Dieu. Mais nous n’avons pas vraiment à les mettre en pratique…c’est un idéal inatteignable !

D Bonhoeffer, pasteur luthérien, a fortement critiqué cette attitude, qu’il appelle la grâce à bon marché !

La grâce sans prise au sérieux de l’enseignement du Christ, parce qu’il a vu ce que cela produisait en Allemagne dans les années 30

 

« Un bon chrétien du dimanche, pouvait être un bon nazi de la semaine »

 

Le bon chrétien pouvait chanter la grâce de Dieu le dimanche et se montrer impitoyable pendant la semaine…

 

Aujourd’hui, on risque d’être un bon chrétien le dimanche et un féroce homme d’affaire ou un impitoyable collègue de travail la semaine,

 

À l’opposé de l’appel de Jésus qui nous dit :

« Soyez plein de bonté comme votre Père est plein de bonté »,et ceci pas seulement le dimanche…

 

Pleins de bonté, généreux, matriciels, selon les traductions,

Soyez comme cela parceque votre Père est comme cela

 

Bonté qui peut devenir colère car quand la bonté est bafouée cela est révoltant, comme Jésus en colère avec les vendeurs du temple, colère qui est issue de sa bonté, de son cœur doux et humble !

Surprenant non !

 

Jésus se réfère à son Père, notre Père, et en cela il indique bien qu’il s’adresse à des disciples…

Il n’est pas en train d’élaborer un programme politique qui serait à dicter à toute la société et qui s’intitulerait :

« Non violence », « non jugement », « générosité » et « miséricorde »…

 

Les tribunaux vont continuer à juger

L’Office des migrations va continuer à statuer

La police va continuer arrêter ou expulser

 

–Mais nous autres, disciples de Jésus, nous sommes appelés à une éthique différente, dérangeante…

 

« si vous faites du bien seulement à ceux qui vous font du bien…

Même les pécheurs en font autant » (v33)

 

C’est donc un appel à être différent dans nos relations personnelles !!!

 

Un appel à ressembler de plus en plus à notre Père du ciel,

Un idéal inaccessible oui, mais une direction à suivre, ce que J Ellul, écrivain protestant marquant appelait : « une utopie directrice »,

 

Métaphoriquement :

 

comme les étoiles dans le ciel, elles sont inaccessibles, mais les nomades les utilisent pour repérer la direction à suivre…

 

« Allez dans cette direction nous dit Jésus »

 

Devenez miséricordieux, généreux, comme votre Père plutôt que de vous renfermer dans le jugement et le repli sur soi, ou sur ceux qui vous aiment, ou sur ceux qui vous font du bien, ou sur ceux qui peuvent vous rendre la pareille…

 

Si on pense aux réfugiés qui sont en Suisse par ex, ils sont souvent jugés par la population comme des profiteurs, des menteurs, des dealers, des menaces pour l’emploi,

À cause d’une minorité d’entre eux qui font effectivement problème

 

Est-ce qu’ils peuvent trouver parmi nous un autre regard ? un autre accueil ?

Un cœur plus généreux qui ressemble à celui de notre Père ?

 

Un appel des communautés religieuses de Suisse dit :

« Les jugements globaux à l’encontre des réfugiés sont discriminatoires. Ils ne mettent pas les êtres humains au 1er plan, mais leur provenance. Même si des abus sont sans doute commis, il est injuste d’accuser tous les demandeurs d’asile d’abus. Remettons en cause notre façon instinctive de condamner à partir de redoutables simplifications, la situation si précaire d’hommes et de femmes qui nous ressemblent !  Respectons les réfugiés et toutes ces personnes que nous rencontrons dans nos rues, comme des êtres humains qui sont de la même pâte que nous, et qui peuvent attendre de nous autre chose que condamnation et préjugés simplistes.

 

Quand des hommes et des femmes prennent au sérieux l’Evangile,

Les lois peuvent changer, la politique peut changer, le monde peut changer, au moins un peu,

 

–Que pouvons-nous apprendre de M Barak Obama ? Dans son discours aux musulmans, prononcé au Caire le 4 juin 2009 disait :

 

« Tant que notre relation reste définie par nos différences, nous donnerons alors du pouvoir à ceux qui sèment la haine et non la paix, à ceux qui encouragent le conflit au lieu de la coopération !

C’est ce cycle de la méfiance et de la discorde qui doit être brisé.

Notre tâche commence seulement quand nous avons pris conscience de notre humanité commune. Ce n’est pas par des paroles que nous pouvons répondre aux besoins de nos peuples. Nous ne pouvons les satisfaire qu’à condition d’agir avec audace, en comprenant que nous nous heurtons à des défis communs. En nous abstenant d’y faire face, c’est à nous tous que nous faisons du tort ! »

 

Vivre ensemble dans le monde, c’est la responsabilité que nous avons les uns envers les autres en tant qu’êtres humains, et aujourd’hui c’est au Djihadisme que M Barak Obama comme nous sommes confrontés !

Comment vivre notre humanité commune face à une telle inhumanité, une barbarie qui fait un spectacle mondial, la  décapitation de ses prisonniers otages ?

Ils font l’unanimité contre eux pour qu’à leur violence nous opposions la force !

Que nous dirait jésus s’il était là ?

 

–Pour revenir à notre niveau plus local et plus personnel…

Est-ce que je vais retourner derrière mes cartons ?

 

Quand je me barricade ainsi, je ressemble aux disciples qui  s’étaient enfermés parce qu’ils avaient peur des juifs…

Ils avaient de bonnes raisons…on venait de crucifier Jésus !

Mais que fait Jésus ressuscité ?

Il n’enfonce pas la porte ! Il ne renverse pas les cartons de ses disciples !

Mais il vient malgré leurs enfermements, au milieu d’eux. Et là, il leur donne sa paix, il leur offre son Esprit !

Puis, il les envoie dehors ! « sortir » comme dit le Pape François,

Il les envoie comme porteurs de pardon et de paix !

 

LAISSERONS-NOUS JESUS S’APPROCHER DE NOUS ? NOUS LAISSERONS-NOUS ENVOYER ?

 

Amen